Témoignages de créatrices et créateurs bas-normands

Témoignages de créatrices et créateurs bas-normands

Depuis plus de 10 ans, Alizé Manche permet aux créateurs et aux petites entreprises d’obtenir un coup de pouce de leurs grandes soeurs.

A la clé, des aides financières mais surtout un accompagnement sur des problématiques concrètes.

Une avance remboursable et un apport de compétences techniques…

Sous des dehors classiques, Alizé Manche, c’est bien plus que ça. Ce réseau propose aux créateurs et petites entreprises innovantes un supplément d’âme, en permettant à de grandes entreprises de mettre leurs compétences au service de leurs voisines TPE et PME innovantes, ou à des projets de création. Il offre aussi un soutien financier, sous forme d’une avance remboursable à taux zéro. Lancé dans le département en 2000 et piloté par la CCI Centre et Sud Manche, Alizé affiche un bilan flatteur. Sur le dernier cycle complet de trois ans 2006-2009, 30 projets ont été ainsi accompagnés, soit 122 emplois soutenus, 45 emplois créés et une enveloppe globale de 90 000 € versés en aide remboursable à taux zéro.

Préconisations judicieuses

Acome, Tricots Saint-James, DCNS, Areva, la Compagnie Laitière Européenne ou Saint-Gobain… 17 grandes entreprises implantées dans la Manche ont adhéré au réseau.

« En moyenne, chaque année, elles mobilisent plus d’une centaine d’heures de compétences, avec des cadres de haut niveau, dans des domaines aussi variés que les ressources humaines, la formation, la gestion, le marketing, l’organisation de la production », indique-t-on à la CCI Centre et Sud Manche.

« Cette solidarité, c’est ce qui fait toute la richesse du dispositif…». Olivier Longueval, à Cherbourg-Octeville, a été bluffé par l’appui qu’il a reçu d’Alizé Manche. De mars à juin dernier, ce créateur de deux entreprises d’insertion a bénéficié des lumières d’un spécialiste RH du Groupe Saint-Gobain. « Avec Sinéo, ma première entreprise de lavage auto, j’étais confronté à des problématiques de gestion de croissance. Comment manager 10 salariés ? Comment gérer des équipes ? » Jean-Louis Gonthier (Saint-Gobain) a proposé l’intervention d’un cadre de son groupe : « il est intervenu plusieurs fois dans l’entreprise. Il a vite identifié les faiblesses et les axes d’amélioration de mon système. En appliquant ses préconisations, tout s’est amélioré. »

En parallèle, pour un projet innovant de conciergerie sur le chantier de l’EPR (1), Olivier Longueval a aussi bénéficié d’une avance de 7000 € qu’il a remboursée en un an. « Cette aide m’a permis de lancer l’activité avec un fonds de roulement car les clients payent en général à 60 jours. » Pour lui comme pour les autres projets portés, Alizé a mis l’entreprise dans le sens de la marche.

(1) La Conciergerie Solidaire du Cotentin, également entreprise d’insertion, a aujourd’hui 3 salariés.

Comments are closed.